Passage du Nord-Ouest

Passage du Nord-Ouest

Centre polaire Paul-Emile Victor de Prémanon,

La route maritime historique du passage du Nord-Ouest, ouverte en 1906 par Roald Amundsen est devenue ces dernières années un sujet de nombreuses discussions politiques et économiques sur fond de changement climatique.

Avant que ce passage ne devienne une totale réalité, de plus en plus de bateaux naviguent à l’entrée ou à la sortie du passage. Stéphane Niveau, Directeur du Centre polaire Paul-Emile Victor est embarqué comme guide naturaliste polaire sur le premier bateau de croisière battant pavillon français, le Soléal, de la compagnie du Ponant, à tenter cette traversée.

La route est longue et incertaine malgré tous les équipements modernes embarqués à bord de ce type de navire, car la glace reste l’élément incontournable et surtout imprévisible, bien que disposant de toutes les cartes satellites disponibles.

Ce voyage partira de Kangerlussuaq au Groenland, remontera jusqu’à la limite de Thulé (Nord Groenland), avant d’embouquer la route historique de lexpédition Franklin (1845-1848) à partir de Pond Inlet au Canada. Après la navigation dans les eaux intérieures canadiennes ce sera l’Alaska, puis la Russie et le passage du détroit de Béring à la mi-septembre.

En fonction des conditions de navigation et de la qualité des communications électroniques, vous pourrez suivre sur notre blog les réactions de Stéphane.

A suivre…

Détroit de Béring

La Russie et l’Alaska sont séparés au niveau du détroit de Béring par un bras de mer large de 80 km. Au milieu à quasiment égal distance entre les deux pays, deux îles, les îles Diomède. L’une est russe, l’autre est américaine. Mais la comparaison ne s’arrête  pas là ; l’une est habitée par des Inuit, l’autre a été évacuée pendant la guerre froide. Pendant qu’il est mardi sur l’une, il est mercredi sur l’autre.

Retour sur une curiosité géographique et historique.

La petite Diomède à l’Est (7,5 km²) ou île Inaliq est habitée par 170 Inuit résidents. Ils sont américains puisque cette petite île est rattachée à l’Alaska. A quatre kilomètre à l’Ouest de la petite Diomède, la grande Diomède (29 km²) où île Imagliq, habitée par des soldats russes est rattachée à la Tchoukotka. Cette île est géographiquement le point le plus oriental de la Russie. Entre les deux îles, la ligne de changement de date. Lorsqu’il est mardi sur la petite Diomède, quatre kilomètres plus à l’Ouest il est mercredi ! Il est courant de dire sur la petite Diomède que « regarder en face, c’est regarder demain ».  A quelques kilomètres des deux îles se trouve un îlot rocheux Faiway Rock (américain) riche d’une colonie de morse du pacifique.

D1 (1)

Grande Diomède à gauche, petite Diomède à droite. Ligne de changement de date au centre.

En 1867, les américains achète l’Alaska pour 7,2 millions de dollar à la Russie. La frontière est alors établie à équidistance des côtes des deux pays et sépare désormais les deux îles.

Dans les années 1930, les habitants de la grande Diomède sont déportés sur le continent russe et seule une petite garnison reste sur place.

Pendant la seconde guerre, alors en poste a Nome en Alaska, Paul-Emile Victor créé l’escadrille « Search and Rescue ». Dans le cadre d’un entraînement il s’aventure en kayak de mer près de la Grande Diomède ou il va essuyer des tirs de la part  des militaires soviétiques.

Diomède2                                                                                          Photo : Nath Michel