Gérard Plénacoste, graphiste

Gérard Plénacoste, graphiste

Le projet de l’Espace des Mondes Polaires se poursuit. De nombreuses personnes travaillent ensemble avec comme objectif, l’ouverture de l’établissement au printemps 2015. C’est ainsi que nous trouvons des architectes, des paysagistes, des ingénieurs énergétiques, des muséographes, des scénographes mais aussi des communiquants, des pédagogues, des spécialistes en agencement, en commercialisation…

Tout récemment Gérard Plénacoste, Professeur à l‘École des Arts Décoratifs de Paris, ancien collaborateur de Jean Widmer est venu renforcer l’équipe composée des architectes/scénographes (cabinet Reichardt et Ferreux), de la muséographe du musée des mondes polaires, Agnes Levillain.

Question à Gérard Plénacoste : Quel est le rôle d’un graphiste dans un tel projet ?

GP : « Le parcours d’un espace scénographique s’organise avec plusieurs niveaux de contenus, leurs matérialités sont celle de l’écrit, de l’image fixe et animée, des diagrammes, des cartes et autres dispositifs scriptovisuels.

La forme de ces contenus est traduite par le graphiste qui exécute de nombreux choix : typographie, couleurs et iconographie avec leurs principes de « mise en page » sur les cimaises et sur les différents supports.
Au delà de ces choix c’est la mise en forme de ces contenus dont il est question avec leurs hiérarchies, leurs relations de sens, aidée par leurs codes graphiques. Les enjeux de ce travail sont ceux de la transmission des savoirs et de son accès au plus grand nombre. Le projet graphique porte le sujet et il se conjugue de manière intime avec celui de l’architecture, il ne la contredit pas, il agit comme le révélateur de ses intentions. »